Monument aux morts

Le monument aux morts

En 1920, le Conseil Muicipal est appelé à voter une subvention pour l’érection du monument commémoratif aux « soldats du canton morts pour la France ». Tous les noms des militaires « morts pour la France » et des victimes civiles, habitant le canton, ont été gravés sur ce monument édifié sur la place de la gare de Montmirail, et qui fut inauguré solennellement le 25 Juin 1922. Mais à Verdon, comme dans la presque totalité des communes, les habitants voulurent avoir leur propre « monument aux morts ». Et dès le 28 Mars 1922, un comité d’érection était nommé par le conseil municipal. Il comprenait :

Messieurs Velly Albert notaire honoraire, Président

Véry Edmond instituteur retraité, vice président

Vieillard Eugène cultivateur, trésorier

Roulot Pierre

Moutardier Victor, pères de soldats « morts pour la France » membres

Romain Rose

Gonnet Louis

Romain Julien Anciens Combattants démobilisés membres

Pétillion Maximilien

François Achille

Maurice GIOT

 

Marius GIOT, né le 21 avril 1897 à Étoges dans la Marne, fut élève à l'école des Beaux-Arts de Paris de 1921 à 1930. Il décède le 14 décembre 1980. Après ses études à Épernay, il apprend la mécanique. Après la guerre, il prends des cours de sculpture et  obtient des prix prestigieux tel que le (2°)  Prix de Rome en 1933. Il part ainsi pour la Villa Médicis

 maurice Giot

Maurice Giot lors de l'inauguration du monument de Verdon

 

Ses travaux ont reçu plusieurs prix :
- 1er prix de sculpture de la Ville de Paris 1922
- 1er prix Chenavard. 1925
- 2e prix Chenavard.
- Médaille d'or Exposition Internationale de 1937.
- Médaille d'argent Société des Artistes Français.
- Médaille de Bronze Société des Artistes Français.
- Médaille d'or Exposition de Nice.

Il sculpta les monuments aux morts de Vertus, Montmirail, Montmédy, Étoges, Verdon, Broyes, Sézanne, Sauvillers-Montgival. A Nancy, il sculpta toute la sculpture extérieure du nouvel Hôtel de Ville telle que cléfs de voute, balcons, bas-reliefs, etc

Son oeuvre principale dans la Marne est le Monument aux Martyrs de la Resistance, à Epoernay: il a été construit grâce aux collectes publiques et aux versements populaires. Le choix final de la réalisation architecturale a été voté le 13 septembre 1947. Cependant, à cause de la dévaluation du franc, l'argent manquait pour l'édification du monument en 1948. Les Résistants décidèrent donc d'assurer une partie de la construction par leurs propres moyens : fondations, transport des pierres, bétonnage, entourage... Ils purent économiser suffisamment pour la survie du projet.
Le monument fut inauguré le 7 mai 1950 par le Président de la République, Vincent AURIOL. Le 23 avril 1955, une urne contenant de la terre du camp de concentration de Buchenwald fut scellée dans une niche du monument.

 

Résumé très succint d'un article de J TOUCHAIS-YANCA dans "Le Pays Sézannais"